affiche OPO 2018LT simplifiée PORTES OUVERTES DU LYCEE LE 17 FEVRIER 2018 
 Toute l'équipe du Lycée Paul DUEZ sera présente à l'occasion de son opération portes ouvertes qui se déroulera le 17 février (9h-12h / 14h-16h). Vous y découvrirez par le biais de nombreuses activités et conférences les différents espaces de travail et de vie ainsi que les formations proposées et leurs plateaux techniques. L'occasion aussi de rencontrer les professeurs, les conseillers d'orientation, les associations (FSE, FCPE...), etc... Nous espérons vous accueillir nombreuses et nombreux pour partager ce moment important dans la scolarité de nos jeunes. Le programme du lycée sera disponible prochainement. Cliquez l'image pour agrandir.
A très bientôt

 

Dernières actu lycée

Remise des diplômes aux BTS MUC

Remise des diplômes aux BTS MUC
Remise des diplômes aux élèves BTS MUC après 3 jours de formation au "leadership" les 9, 10 et 11...
+ d'info...

Un jeune président au Lycée Paul Duez

Un jeune président au Lycée Paul Duez
« Elie Fitoussi élève de TES2 est devenu président du parlement des jeunes pour l’eau du...
+ d'info...

Excursion au marché de Noël de Aachen en Allemagne

Excursion au marché de Noël de Aachen en Allemagne
  Ce lundi 04 décembre 2017, nos lycéens germanistes, emmenés par leurs professeurs Mmes Sroga,...
+ d'info...

Voyage à Essen en Allemagne

Voyage à Essen en Allemagne
Concours sur le développement durable à Essen en Allemagne du 15 au 18 octobre 2017: des lycéens...
+ d'info...

Quatre élèves de terminale S SI vont présenter aux examinateurs du baccalauréat, la semaine prochaine leur projet. Il s'agit d'un innovant robot ramasse-miettes. Le mois dernier, il a reçu le prix de la meilleure réalisation lors de la finale académique des Olympiades des sciences de l’ingénieur.

Michel Patin (à gauche) et Michel Molina ont accompagné Anaïs Tondeur (à gauche) et Éloise Caron dans la réalisation du robot ramasse poussières.
 

PAR CARINE DI MATTEO

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Il détecte tout. La dimension de la table, les objets qui peuvent s’y trouver, et il les contourne. « On a mis des capteurs partout », souligne Éloïse Caron, 18 ans, qui rêvait de passer un bac scientifique pour la partie innovation justement. Elle se saisit du robot au châssis jaune soleil, le retourne, et montre les quatre détecteurs de vide qu’il cachait, précise qu’il y en a deux autres encore, dans le pare-choc, pour détecter des objets. « C’est un robot totalement autonome, ajoute-t-elle. Ça n’existe pas. » Anaïs Tondeur, face à elle, fait non de la tête. « D’habitude, ils sont à brosse, manuels. Le nôtre, il n’y a qu’à l’allumer et ensuite, il se débrouille seul. »

Il en fallut des heures de recherche pour y arriver. « Avec Anaïs, on s’est surtout occupées de la partie modélisation », précise Éloïse Caron. Symphonie Butez et Sophie Bonnay se sont, elles, chargées des déplacements du robot avec Thierry Sautière, leur professeur de mathématiques. « Au début, elles ont essayé de lui faire faire le tour de la table et se rapprocher petit à petit du centre, mais c’était long et ennuyeux, explique Anaïs Tondeur. On voulait que ce soit ludique. Alors, elles ont créé un algorithme qui permet au robot de créer des trajets aléatoires. »

Technique et esthétique

Elles n’ont pas eu le temps de créer une coque à leur robot. Ça aurait été une coccinelle ou un éléphant si elles avaient pu. « Ce sont des scientifiques, elles ont préféré la technique à l’esthétique, pointe Michel Molina, leur professeur de sciences de l’ingénieur, très fier. «C’était audacieux, ce qu’elles ont fait », poursuit Michel Patin, son confrère.

Si audacieux qu’elles l’ont présenté à la finale académique des Olympiades des sciences de l’ingénieur qui ont eu lieu, en avril. Elles ont remporté le prix de la meilleure réalisation. « En sept minutes, il nettoie 98 % d’une table de cours », se félicite Anaïs Tondeur pendant que ses professeurs évoquent l’idée de déposer une enveloppe Soleau, auprès de l’Institut national de la propriété industrielle, pour protéger leur idée.